• Moi

    Comment est-ce que certains arrivent à se décrire en seulement quelques mots? Et comment savent-ils par où commencer? 

    Je vous dirais bien que je suis intelligente, curieuse, impatiente, têtue, bavarde et franche, mais ce serait beaucoup trop superficiel. Ces mots ne sont pas le reflet exact de mon âme, ils ne sont d'ailleurs le reflet d'aucune âme puisqu'ils sont dénués de sens profond. Et puis d'abord comment pourrais-je me décrire à vous alors que j'ignore moi-même qui je suis? Car au fond c'est ça la vérité: je ne me connais pas moi-même. Alors oui je vous vois venir avec vos phrases toutes faites ( "écoute ton cœur et tu sauras." "si tu ne sais pas qui tu es, construis-toi comme tu voudrais être.") et vous avez sûrement raison après tout. Cependant rien n'est plus difficile que d'appliquer vos doctes leçons de vie, Messieurs-Dames!

    Lorsque je me regarde dans le miroir, je ne vois qu'une jeune fille perdue dans l'immensité du monde qui s'est perdue elle-même au passage de l'adolescence, lorsqu'elle a enfin pris conscience (hé oui, il lui en a fallu du temps) que son existence n'était qu'une mascarade, que la mort l'attendait de toute façon au bout du chemin alors à quoi bon? A quoi bon se donner la peine de participer à cette grande comédie foireuse qu'est la vie? Chaque jour elle enfile un masque et part affronter le calvaire d'une vie de vieilles routines lassantes. A force, avec les années, son masque s'est peu à peu fissuré. Alors, certains ont entraperçu son vrai visage. Ils ne l'ont pas compris et ne la comprennent toujours pas. Contrairement à ce que je pensais autrefois, être incomprise est tout sauf cool. En fait, ça fait même mal... 

    Je pourrais vous dire que mon âme ne vibre que lorsque j'écris, que je lis, que je prends de la vitesse ou bien que je suis entourée par la nature. Ce ne serait pas un mensonge, mais cela ne suffit pas; je veux aller plus loin et vous présenter autre chose que la façade bien jolie que tout un chacun pourrait voir. Par exemple, que quelque part dans les tréfonds obscurs de mon âme rugit un lion affamé qui ne demande que sa liberté. Pourrait-il vendre son âme au diable pour celle-ci? J'aurais tendance à répondre que non, mais qui sait de quoi pourrait être capable cet animal sauvage si longtemps maintenu prisonnier? Ou bien, autre exemple, que je continue d'avoir une foi incommensurable en l'humanité alors que de toutes parts et depuis toujours l'Homme ravage tout ce qui peut être source de paix et de bonheur.

    Moi et mes choix, mes regrets, mes erreurs, mes désirs, mes contradictions. Moi et mes hobbies, mes peurs, mes émotions. Moi et toi, moi et vous. C’est l’histoire de tous, c’est l’histoire de certains. C’est l’histoire de la vie et des Hommes, du temps et du hasard. Une graine, une idée, une ébauche, une émotion. Moi et un point c'est tout.


  • Commentaires

    1
    Mardi 16 Mars à 23:20

    oui c'est vrai, être incompris fait mal, être prit pour un fou fait mal, sommes-nous fous ou les autres le sont ?

    Une façade, un reflet parmi tant d'autres d'une image qui n'est pas nous mais qu'on côtoie chaque jour, comme tu l'as dit, finalement ce n'est qu'un rôle. On veut absolument être unique lorsque l'on petit, être différent alors qu'au final à force d'être différent nous sommes semblables.

    Peut-être que finalement ton âme n'est pas là où tu penses, peut-être qu'au final notre personnalité n'existe qu'à travers nos masques qui ensemble peuvent nous refléter.

    Ou peut-être que l'on ne se connaîtra jamais vraiment soi-même, car après tout, nous ne savons que nos limites, et encore, beaucoup restent dans le flou.

    Le lion rugit, le serpent siffle, deux créatures enchaînées, deux âmes même plus qui essaye d'y croire...

      • Mardi 16 Mars à 23:43

        C'est la société dans laquelle nous vivons qui est folle et qui nous rend fous.

        Pourtant sous ce masque apparent je bous. Jouer un rôle c'est ça qui me tue à petit feu alors pourquoi je n'arrive jamais à me détacher entièrement de ce masque que je porte? La réponse est simple: une partie de moi à peur. Peur de souffrir ou tout simplement d'être vraie car j'en ai depuis longtemps perdu l'habitude.

        J'espère que tu as tort et que mon âme réside autre part que dans l'addition de ces masques...

      • Mercredi 17 Mars à 09:41

        Nous espérons tous ne pas être les rôles que l'on nous attribue, et les masques ne sont que des masques au final,

        ton âme ne vit pas forcément au travers, mais certains se perdent tellement dans leur rôle qu'ils en oublient qui ils sont et ne deviennent plus que des masques sans âmes.

      • Mercredi 17 Mars à 11:34

        Tu as entièrement raison. Et j'espère ne jamais devenir ce genre d'automates fabriqués de toutes pièces par des masques correspondant aux attentes de la société! Je suppose qu'il n'est pas encore trop tard pour moi puisqu'intérieurement je ne cesse de me révolter contre ces mensonges incessants. Espérons que cela dure... d'ailleurs espérer ne suffit pas, ne suffit plus.

    2
    Vendredi 19 Mars à 17:16

    combats d'écriture ? XD magnifique

      • Vendredi 19 Mars à 18:26

        Oulala non! Loin de moi cette idée en tous cas!

      • Vendredi 19 Mars à 18:29

        loin de moi aussi, juste une discussion

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :